Au détour des chemins, dans les nombreux hameaux que compte notre village, le promeneur aura la surprise de découvrir des témoignages de l’occupation humaine des campagnes.

Ces éléments patrimoniaux, souvent de taille modeste, mais toujours bien intégrés à leur environnement sont multiples : croix, chapelles, puits, fermes avec porche ou balcon caractéristique, cabane de vigne…
Ce sont de véritables marqueurs identitaires des activités paysannes et viticoles, ou bien encore des symboles des croyances populaires et religieuses.

Constitués de matériaux trouvés sur place, élaborés avec des techniques et des savoir-faire spécifiques à notre région, ces monuments de nos campagnes sont aussi dénommés « vernaculaire » (du latin vernaculum), ce qui signifie « indigène », « propre à un territoire. »

Ces témoins d’autrefois appelés à tort et un peu avec mépris « petit patrimoine » méritent au contraire toute notre attention à l’instar des monuments architecturaux plus emblématiques. Depuis peu, ils bénéficient d’ailleurs de plus de considération : les publications et les inventaires patrimoniaux réalisés par les associations locales se multiplient et avec eux, la prise de conscience de la rareté des ces édifices.

De même, des animations culturelles et touristiques les mettent en valeur à l’occasion de circuits ou de rallyes du patrimoine ou lors de la Journée du Patrimoine de Pays organisée par la FNASSEM, actuellement Fondation du Patrimoine.

Menacés de disparition, ravagés par les méfaits du temps qui passe, les démolitions déplorables ou les pillages peu scrupuleux d’adeptes du « tout moderne », notre association se mobilise pour les inventorier avant qu’il ne soit trop tard.

Notre objectif est de les faire connaître au plus grand nombre pour en faire apprécier leur juste valeur patrimoniale.